• Fora tout r'faire !

     

    Début 2010. On débarrasse la nef romane de son efficace parapluie métallique.

    Et ce qui s'offre désormais à nos yeux est désolant de laideur...

     

    Ç’que t’as l’air triste, ô Noter-Dame

    Pa d’zous ceull’ couverture in pleomb !

    Ch’est terne et freod, cha n’a pos d’âme

    Et ch’n’est pos bieau, ni d’près ni d’léon !

     

    Je n’voirai pus après l’orache

    Blinquer l’z’ardoiss’s de t’fier vaisséau

    Quand l’solel i perche ein neuache

    Pou t’caresser d’ein douch’ faiscéau !

     

    Pour ti, pierre au pays de l’pierre,

    De l’vulgair’ toll’ de laminoir ?

    Ell’ mérit’ mieux qu’cha, no prière :

    Ç’qu’i t’folleot, ch’est du schiste, noir !

     

    On a bieau dir’ : « Tout s’ra étanche,

    I n’ara pos d’infiltratieon »...

    À vir cha, i veont brair’, les Anches

    Qui vienn’tent chi pou l’Processieon !

     

    Te direos ein grand sarcophache

    Comme l’ceu qu’on a découvert

    Quand on creuseot pou l’CPH

    À l’ru’ Perdue, in plein hiver !

     

    Ch’t’ainsin qu’on f’seot au Moyen-Âche ?

    À m’mot’ que ch’n’est pos ein’ raiseon :

    À ç’régim’-là, l’beon père Hustache

    I port’reot cor cotte et blaseon !

     

    Fora leu dire à la Province

    Qu’à t’n’âche on a dreot à d’z’égards ;

    I-eont fait à t’nef ein’ lourte offinse

    In l’afulant de ç’teot d’hangar !

     

    D’ailleurs, s’i z’eont mis des tintures

    Su tout l’chantier, sans lésiner,

    Ch’teot pou mucher leu forfaiture

    Tant qu’tout n’éteot pos terminé !

     

    Et l’z’amoureux d’no patrimoine,

    Les pourfindeus de l’tour Mich’lin,

    Et Monseigneur et les chamoines,

    I n’diss’tent rien de t’vir ainsin ?

     

    Infin...

     

    Ch’n’est pos d’main qu’on f’ra marche arrière

    El mau i-est fait et i-a lommint

    Qu’on s’ra ortourné in poussière

    Avant l’prochain orcouvremint !

     

    J’ai li dins l’fwèle que t’s’reos tranquille

    Pou deux chints ans au minimum

    Pasque ç’pleomb qui asteur t’habille

    De l’qualité cha s’reot l’summum !

     

    I z’eont té l’querre in Angleterre,

    Mais s’i vous plaît, surtout motus :

    S’i sareot cha, Saint Éleuthère,

    I f’reot bin s’deuxième infractus !

     

    I d’eont là mis chint-quarant’ teonnes !

    Ch’est tcher te sais, des tapes ainsin !

    Mais quançqu’i s’agit de l’Madone

    I n’ravis’ pos, el Tournaisien !

     

    I s’rappell’ qu’aux temps difficiles

    Elle est là, asteur comme avant :

    Si d’la peste Elle a sauvé l’ville,

    Ell’ veille acor su ses infants !

     

    Beonn’ Saint’ Vierch’, ti qui-as su l’prumière

    El plan qu’Dieu l’Père i-aveot prévu,

    Pardeonn’-leu ceull’ vilain’ plomière :

    Fais comm’ si te n’areos rien vu !

     

    sur l’air du refrain de « La montagne », de J. Ferrat :

    Je n’voirai pus après l’orache

    Blinquer l’z’ardoiss’s de t’fier vaisseau

    Quand l’solel i perche ein neuache

    Pou t’caresser d’ein douch’ faisceau !


                                             Mars 2010